Noble machines

L’exploitant minier BSHPU a triplé la progression mensuelle des travaux préparatoires à la mine d’Artemyevsky au Kazakhstan, grâce à de nouveaux équipements et à un accord d’entretien conclu avec Sandvik Mining and Rock Technology.

« Il faut être prêt à affronter ce type d’événement pour vivre ici, prévient Eugène Reimer, responsable entretien Sandvik au Kazakhstan, en manœuvrant son véhicule au milieu d’une violente tempête de neige. C’est très difficile de vivre et de travailler ici. Bienvenue au Kazakhstan-Oriental! ».

La région administrative peut sembler agressive et peu accueillante à cette époque de l’année, mais il n’en est pas toujours ainsi. Contrairement à de nombreuses autres régions du pays, elle n’est ni aride ni déserte grâce au magnifique massif montagneux de l’Altaï situé au carrefour de la Russie, de la Chine, de la Mongolie et du Kazakhstan. Le versant occidental de cette chaîne est exceptionnellement riche en minerai et c’est là que se trouve le gisement polymétallique d’Artemyevsky, au cœur géographique de l’Eurasie.

Après sa découverte en 1958, l’exploitation minière a commencé à ciel ouvert puis a migré entièrement vers le sous-sol. La mine compte actuellement trois puits verticaux et 13 niveaux horizontaux. On en extrait chaque année jusqu’à 1,5 million de tonnes de minerai contenant du cuivre, du zinc et du plomb.

Un gros chantier est en cours : l’aménagement de la deuxième phase d’Artemyevsky, laquelle permettra d’extraire le minerai du gisement jusqu’en 2032. Son propriétaire a mis plusieurs années à planifier en détail les travaux et obtenir toutes les autorisations nécessaires de la part des autorités locales compétentes. À la mi-2015, tout était prêt. Restait à sélectionner un entrepreneur fiable pour le projet. Suite à un appel d’offres, le propriétaire de la mine a signé un contrat avec BSHPU-Kazakhstan, une filiale du groupe russe Bashkir Shaft-Sinking Management (BSHPU), l’un des chefs de file en matière de construction pour exploitation minière souterraine dans les pays de l’ex-Union Soviétique.

À l’Est, de l’ambition
BSHPU est lui-même exploitant, mais il tire ses principaux revenus des projets de construction et de développement pour d’autres compagnies minières. Créé en 1985, il possède une vaste expérience en matière d’exploitation souterraine avec plus de 20 projets à son actif. Il prend en charge pratiquement toutes les tâches imaginables dans ce domaine. BSHPU et sa filiale BSHPU-Kazakhstan sont actifs dans trois pays : la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. En 2015, les entreprises du groupe employaient environ 2 500 salariés au total. Le chiffre d’affaires global du groupe dépassait les 53 millions de dollars CA.

Le contrat signé avec le propriétaire portait sur l’aménagement de plusieurs puits pour un volume d’extraction global supérieur à 65 000 m³ de roches en 2016.

« Un chantier aussi ambitieux n’aurait pu voir le jour sans des équipements ultra-performants supplémentaires, estime Eugène Kolyada, responsable de projets chez BSHPU-Kazakhstan. Nous savions que nous voulions des machines Sandvik. On les utilise sur nos sites en Russie et au Kazakhstan et, croyez-moi, aucun autre constructeur n’offre un matériel minier automoteur d’une durée de vie et d’une fiabilité comparables.

BSHPU en bref

Le groupe Bashkir Shaft-Sinking Management (BSHPU) a été créé en 1985. Il était alors spécialisé dans la construction de mines souterraines et de structures minières en surface. Il s’est d’abord intéressé à des projets en république de Bachkirie, territoire russe à l’ouest des monts Oural qui séparent l’Europe de l’Asie et dont les contreforts sont riches en minerai. BSHPU et sa filiale BSHPU-Kazakhstan sont actifs dans trois pays : la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. En 2015, ces entreprises employaient au total près de 2 500 salariés. Le chiffre d’affaires global du groupe dépassait les 40 millions de dollars USD.

BSHPU est producteur lui-même et est également prestataire de services pour les grandes compagnies minières des pays membres de la CEI. Sa propre exploitation de gisements polymétalliques en Russie et au Kazakhstan apporte une stabilité financière et une dynamique supplémentaires au groupe. Son expertise porte sur l’excavation en profondeur, en montant, inclinée et horizontale.

En outre, Sandvik nous a proposé des conditions financières très avantageuses. Il n’y avait pas le moindre doute. »

BSHPUa acquis une flotte d’équipements mobiles Sandvik neufs, dont des foreuses Sandvik DD311 et DD321, deux chargeurs Sandvik LH410 et trois camions souterrains Sandvik TH320, le tout complété par un chargeur Toro 006 et un camion EJC 417 que l’entreprise possédait déjà.

Le matériel a été mis en service en sous-sol en mars 2016 et la productivité a immédiatement grimpé en flèche. « L’arrivée de ces machines neuves a réellement changé la donne, constate Alexandre Salavatulin, mécanicien en chef chez BSHPU-Kazakhstan. Le rythme des travaux préparatoires est passé de 100 à 300 mètres linéaires par mois. Une telle cadence est une véritable prouesse compte tenu de la géologie complexe de la mine d’Artemyevsky. »

Un chantier aussi ambitieux n’aurait pu voir le jour sans des équipements ultra-performants supplémentaires.

Une petite visite sous terre confirme ses dires. Le mineur montre la paroi, renforcée par plusieurs couches de solides rondins en pin retenus par des charpentes métalliques.

Situé à 400 m sous le niveau de la mer, Horizon 13 est actuellement la galerie horizontale la plus profonde à Artemyevsky. Les travaux préparatoires avancent à grand pas et les opérateurs de BSHPU-Kazakhstan pilotent avec diligence les équipements Sandvik pour atteindre les objectifs de production.

« J’aime la nouvelle machine, témoigne Vitali Pichourine, opérateur de foreuse Sandvik DD311. Elle est agile et très puissante à la fois. Et puis, il y a tous ces dispositifs de sécurité qui sont bien réfléchis et bien placés. Regardez : ici, le marchepied est recouvert d’un matériau antidérapant. Les rampes sont bien pratiques aussi. Il y a trois boutons d’arrêt d’urgence sur plusieurs côtés de la machine qui permettent de l’arrêter si quelque chose ne va pas. Non seulement la cabine est confortable, mais on s’y sent en sécurité. Elle est équipée de vérins hydrauliques pour régler sa hauteur et le toit peut supporter une pression de plusieurs tonnes. »

« Ce sont des machines nobles, c’est comme ça que je les qualifie, lance Alexeï Gorlach, contremaître travaux préparatoires chez BSHPU-Kazakhstan. Notre travail n’est pas toujours facile, mais le matériel Sandvik nous donne un sentiment d’importance, de dignité. »

Assistance locale
Autre point précieux de la coopération avec Sandvik soulevé par ses collègues de BSHPU, le service après-vente et de maintenance proposé par le constructeur. Aux termes du contrat d’entretien signé entre BSHPU-Kazakh-stan et le constructeur, un représentant de Sandvik est présent à la mine. Son rôle est de superviser les opérations pendant les périodes de travail et de surveiller l’état des équipements en apportant toutes les corrections requises. Si une intervention est nécessaire, il organise l’envoi rapide des pièces détachées et des consommables par l’un des trois entrepôts Sandvik de la région.

<p>Riche en minerai, la mine d’Artemyevsky fournit 1,5 million de tonnes de zinc, cuivre et plomb par an. </p>

Riche en minerai, la mine d’Artemyevsky fournit 1,5 million de tonnes de zinc, cuivre et plomb par an.

<p>L’équipe soudée des opérateurs de la mine apprécie les dispositifs de sécurité des équipements Sandvik.</p>

L’équipe soudée des opérateurs de la mine apprécie les dispositifs de sécurité des équipements Sandvik.

<p>La disponibilité moyenne du matériel Sandvik de BSHPU est d’une vingtaine d’heures par jour grâce au service après-vente et à l’entretien.</p>

La disponibilité moyenne du matériel Sandvik de BSHPU est d’une vingtaine d’heures par jour grâce au service après-vente et à l’entretien.

« L’entrepôt principal est situé dans la capitale régionale d’Öskemen tandis que deux autres plus petits se trouvent près des ateliers de réparation de nos clients, indique Eugène Reimer. Cela nous permet d’avoir à disposition les consommables et la plupart des pièces détachées au moment où on en a besoin et de livrer le reste dans les délais les plus courts possible. Cela ajoute de la flexibilité à notre réseau d’entretien. Nous sommes là pour assister nos clients en toutes circonstances. »

L’un des petits entrepôts est situé à proximité de l’atelier du propriétaire de la mine d’Artemyevsky. « C’est vraiment très pratique, souligne Alexandre Vinnichenko, chef de l’atelier. Nous avons plusieurs machines Sandvik à notre disposition et c’est vraiment très commode d’avoir tous les consommables à portée de main. Autrement, nous serions tributaires de facteurs extérieurs, notamment des conditions météo. Et elles peuvent être plutôt hostiles ici. »

D’après Eugène Kolyada, son entreprise est satisfaite du système d’assistance et d’entretien mis en place avec Sandvik : « Grâce à lui, la disponibilité moyenne de nos machines est de 20 heures par jour.

Suite aux résultats impressionnants obtenus par BSHPU-Kazakhstan en 2016, son contrat a été renouvelé en 2017. Le chantier de la deuxième phase d’Artemyev­sky devrait durer jusqu’en 2020.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire ici et nous avons envie d’aller jusqu’au bout – avec l’aide des machines Sandvik naturellement. Tous nos projets vont bénéficier de matériel Sandvik dorénavant, nous n’aurons plus qu’un seul fournisseur. D’après nos calculs, c’est la solution la plus rentable. Il faut une bonne dose de confiance pour s’engager auprès d’un fournisseur unique, mais nous sommes convaincus que Sandvik sera à nos côtés. »

La solution Sandvik

BSHPU-Kazakhstan a été engagée pour creuser des galeries horizontales dans la mine d’Artemyevsky, soit un volume dégagé de 65 000 m³ de roches rien qu’en 2016. Pour remplir son contrat, le prestataire a investi dans une nouvelle flotte d’équipements Sandvik : deux foreuses (Sandvik DD311 et Sandvik DD321), deux chargeurs Sandvik LH410 et trois camions souterrains Sandvik TH320. En outre, BSHPU a signé un contrat d’entretien avec Sandvik Mining and Rock Technology pour assurer le service après-vente de la flotte.